Notre histoire

L’histoire derriĂšre la boutique!

Je viens de loin, de trĂšs loin.
Je viens d’OuzbĂ©kistan!

L’histoire commence dans le pays du soleil ou j’ai fondĂ© une famille, oĂč j’ai travaillĂ© comme pĂ©diatre.

J’ai consacrĂ© ma vie privĂ©e et professionnelle Ă  trouver des solutions pour obtenir ce que je voulais pour moi et pour ma famille. Donc, J’ai fait tous les sacrifices nĂ©cessaires pour atteindre mes objectifs.

J’ai changĂ© ma destinĂ©e, nous avons quittĂ© notre pays natal. Il a fallu de nombreuses annĂ©es pour y parvenir. Nous avons dĂ» repartir de zĂ©ro.  J’ai refait mes Ă©tudes en Belgique, Ă  LiĂšge.

Quelques annĂ©es plus tard, je suis devenue directrice d’une maison de repos.

 

À 47 ans, quand mes deux merveilleux enfants se sont envolĂ©s de la maison, j’ai fait le bilan de ma vie. Je me suis demandĂ©e : qu’est-ce que me fait avancer aujourd’hui ?

Sans le savoir, ainsi s’est prĂ©parĂ© le troisiĂšme volet de ma vie professionnelle. Je nourrissais mon rĂȘve en secret, je ne disais rien, mais je le prĂ©parais â˜ș

 

Dans mon enfance, en OuzbĂ©kistan, il n’y avait pas de produits cosmĂ©tiques en vente.

A cette Ă©poque, l’industrie cosmĂ©tique ne s’Ă©tait pas encore dĂ©veloppĂ©e dans mon pays.

Je ne me souviens que des petites parfumeries avec uniquement des parfums et du maquillage.

Il n’y avait aucun produit cosmĂ©tique pour la peau. On utilisait des remĂšdes populaires.

 

Dans chaque maison, il y avait toujours de l’Aloe Vera sur l’appuis de fenĂȘtre. Chaque maison avait un jardin avec des arbres fruitiers et un petit potager.  À partir des produits que la nature nous donnait, nous fabriquions nous-mĂȘme des masques et des lotions pour le visage, pour les cheveux.

 

On colorait nos cheveux avec du hennĂ©, c’Ă©tait beau et nutritif pour les cheveux. Nos sourcils et nos cils, on en prenait soin avec de l’huile de roquette.

 

Dans la salle de bain toute la famille disposait d’un seul moyen pour se laver: une imitation du savon de Marseille, d’un dentifrice en poudre au bicarbonate de soude et Ă  la menthe. C’était basique et simple !

 

Au fil du temps, des gels, des sprays et des crĂšmes sont progressivement apparus sur le marchĂ©. Il s’agissait de produits de mauvaise qualitĂ© contenant de nombreux Ă©lĂ©ments chimiques nocifs.

 

À ce moment-lĂ , je suis devenue pĂ©diatre et je commençais Ă  comprendre Ă  quel point c’Ă©tait dangereux. La peau, les cheveux, les sourcils et les cils – tout cela appartient Ă  la barriĂšre protectrice de notre corps.

Par consĂ©quent, pour mon fils, j’ai continuĂ© Ă  utiliser des produits simples et naturels.

 

Mon histoire continue, en 2000 nous sommes arrivés en Belgique, le marché de cosmétiques était trÚs large.

Mais je ne le connaissais pas, je ne savais pas quels produits choisir. Nous utilisions des produits de supermarchĂ© et des grandes surfaces. Il Ă©tait possible d’acheter des produits plus naturels Ă  la pharmacie, mais ça revenait trop cher pour nous.

 

Plus tard, mon mari a commencĂ© Ă  pratiquer l’artisanat. Il a appris Ă  utiliser des produits naturels dans la construction. Dans la rĂ©novation de notre maison, nous n’avons utilisĂ© que des enduits Ă  la chaux, Ă  l’argile et des pierres naturelles. Je pense que la maison doit respirer et ne pas s’Ă©touffer sous une couche de peinture toxique.

 

En 2014 « Floressence » Ă  LiĂšge, un grossiste d’huiles essentielles a commencĂ© des travaux de rĂ©novation. Ils ont appelĂ© mon mari pour rĂ©aliser des travaux et utiliser les enduits Ă  la chaux. Tout devait ĂȘtre naturel chez eux aussi !

 

J’ai donc rencontrĂ© le patron de Floressence qui est devenu notre ami. Il est passionnĂ© d’huiles essentielles depuis 20 ans. C’est lĂ  que l’idĂ©e sur la cosmĂ©tique aux huiles essentielles m’est venue.

Cette odeur extraordinaire m’a ramenĂ© Ă  mon enfance et m’a procurĂ© une sensation de fraĂźcheur et de puretĂ©.

J’ai commencĂ© Ă  utiliser leurs produits cosmĂ©tiques bio et naturels. Je les admirais et de fait, je les suggĂ©rais Ă  mes amis, mes proches. Mais les huiles essentielles ne convenaient pas Ă  tout le monde. Mes proches et mes amis voulaient la mĂȘme cosmĂ©tique mais sans huiles essentielles.

Ensuite, j’ai dĂ©cidĂ© de crĂ©er ma propre boutique, qui proposerait une multitude de produits cosmĂ©tiques Ă  part Floressence. La dĂ©cision Ă©tait prise !

Mes connaissances mĂ©dicales m’ont permis de comprendre facilement la composition des produits et de faire mon choix vers des produits plus purs, simples et naturels.

 

Quand je cherchais le nom de ma boutique … le mot clĂ© Ă©tait « huile essentielle ou vĂ©gĂ©tale » … mais dans la composition ce n’est qu’une goutte. D’oĂč le nom latin Stilla Oleum – goutte d’huile. Évidemment il s’agit d’une goutte d’huile essentielle ou vĂ©gĂ©tale.

 

C’est ainsi que j’ai crĂ©Ă© une boutique de cosmĂ©tique naturelle aux huiles essentielles et vĂ©gĂ©tales!

Au fur et Ă  mesure, StillaOleum a offert de plus en plus d’assortiments.

 

Lors du premier NoĂ«l de 2019, mes amies me demandaient si j’avais un coffret cadeau des produits que je vends. Elles voulaient en offrir Ă  leurs proches. Mais StillaOleum n’a pas eu ni des coffrets cadeaux, ni l’emballage cadeaux personnalisĂ©e.

L’idĂ©e est donc nĂ©e de crĂ©er un coffret cadeau personnalisĂ© Ă  la marque StillaOleum. En Septembre 2020 j’ai crĂ©Ă© ma StillaBox.  J’ai prĂ©parĂ© des box pour femmes, hommes et adolescents. Ensuite, j’ai ajoutĂ© des box par catĂ©gories pour le visage, le corps, l’hygiĂšne … pour faciliter le choix des produits.

 

La cosmĂ©tique naturel c’est un mode de vie sain et c’est mon histoire!

Donc, aujourd’hui je dĂ©veloppe ma conscience saine et je veux dĂ©velopper cette conscience de ceux qui sont autour de moi. Quand une femme change, le monde change !

 

Visiter la boutique